De l’art d’écouter

Voilà un sujet captivant et universel. Que ce soit un ami, un collègue, dans un entretien d’aide, l’écoute fini toujours par s’imposer d’une manière ou d’une autre.
Mais comment m’y prendre pour bien écouter sans dévier ou juger l’autre ?
Certaines situations imposent une écoute attentive, voici quelques conseils qui pourront vous aider à gérer cela.

Ici je fais référence à une écoute formelle ou informelle, pour quelqu’un qui demande ou a besoin d’être écouté

Restez silencieux

Au départ tout du moins, pendant la présentation de la situation, du problème. Ce que l’autre va vous raconter va inévitablement vous faire bouger intérieurement. Cela va réagir, vous aurez peut-être (sûrement) envie d’intervenir, de le conseiller, de le rassurer. Ou, de minimiser ce qui lui arrive, de tenter de diminuer l’importance ou la gravité de la situation, de relativiser.
C’est louable, mais ce n’est pas nécessairement de cela qu’a besoin la personne. Avant de réagir, assurez-vous d’abord d’avoir pris le temps d’écouter sans interrompre jusqu’au bout, jusqu’à ce moment où la personne exprime qu’elle a terminé ou ne sais pas en dire plus pour le moment.
Gardez votre attention sur l’autre, ne la lâché pas des yeux, respirez calmement sans vous tendre à l’intérieur. Accrochez-vous à cette réalité simple : vous n’êtes pas l’autre, il est le mieux placé pour parler de son vécu et le seul à savoir ce qu’il vit réellement.

ecoute

Ne jugez pas

Le voilà ! Ce bon vieux juge intérieur qui a son avis sur tout et tout le monde. Difficile de passer à côté, oui, c’est certain. Pourtant c’est possible 😉
Aussi simple que de dire bonjour, ne pas juger son prochain se choisit. On a la liberté et la responsabilité envers l’autre de ne pas porter de jugement envers ce qu’il nous raconte. Cela ne nous empêchera jamais d’avoir notre propre avis sur la situation, mais l’utiliser et faire pression sur l’autre selon nos convictions et nos idées ce n’est plus être respectueux de son propre vécu. L’autre n’attend pas de se sentir jugé, car toute forme de jugement quelle qu’elle soit bloque et entrave les chances de croissance des personnes. Cela n’aide pas, jamais, et n’invite pas à oser se livrer en confiance.

C’est son histoire, pas la votre

Quoi de plus classique que d’entendre des parallèles avec sa propre histoire personnelle quand quelqu’un se livre à nous. C’est normal, pas systématique mais toujours possible.
Un piège à éviter, et pas des moindres, c’est d’orienter la personne en fonction de ce que l’on a connu soit même plutôt que de l’accompagner à trouver des solutions qui soient adaptées à elle et à son vécu d’aujourd’hui. Car nos histoires peuvent se ressembler, en apparence, mais nous sommes des êtres uniques fait de pensées, de réactions, de sensations, de sensibilités ou de potentialités différentes. Ce qui peut s’appliquer à vous, n’est pas forcément bon pour l’autre. Pas de recette miracle donc.
Restez humble et habité du désir de voir l’autre avancer et grandir par lui-même, cela vous encouragera pour le guider et le questionner avec plus de justesse.

Questionner pour comprendre

Le discours de la personne que vous allez accompagner n’est pas toujours limpide. Beaucoup d’éléments de situation et de vécu peuvent se bousculer et aussi vous perdre. Dans ce cas vous ne devez pas hésiter à demander des précisions sur l’une ou l’autre chose pour rester présent au fil de l’histoire. Dans cette première partie de l’accompagnement, c’est la seule raison pour laquelle vous devriez interrompre la personne.

Comprendre l’autre comme il se comprend, c’est là qu’est la clé.
Faite preuve d’empathie, c’est une attitude qui fait partie de la base d’une écoute respectueuse et bienveillante. Soyez patient et déterminé, ayez foi en l’autre, en sa capacité à avancer avec son réel, au pas à pas. Sentir votre confiance en lui l’aidera lui-même à grandir en confiance et à oser davantage.

Je dépasse un peu la simple notion d’écoute ici, mais elle ne saurait être dissociée du reste des attitudes fondamentales qui constituent un accompagnement de qualité orienté croissance des personnes.

Si ces quelques mots éveillent en vous de la curiosité ou des questions, n’hésitez pas à prendre contact avec moi. Je suis toujours ouvert pour bavarder sur ce sujet 🙂

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter de belles fêtes de fin d’année, où que vous soyez, puissiez-vous terminer cette année dans la joie et la paix du cœur.

A bientôt,

Vivien

Crédits photo : © Mihaela Moldovan

Retour à la liste des articles

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter