Développer sa capacité d’aimer

L’amour avec un grand A. Pas l’amour coup de foudre, pas l’amour passion, l’amour avec un grand A.
Gratuité, liberté, émerveillement, respect. Envers l’être aimé, un parent, un enfant, un ami, et même au-delà… toute personne que l’on croise.
Est-ce vraiment une utopie ? ou existe-t-il des moyens d’y arriver ?

Aimer et être aimé, voilà deux choses essentielles et pourtant loin d’être facilement accessible pour beaucoup d’entre nous. Les raisons sont multiples : des parents qui eux-mêmes n’étaient pas capables d’aimer sainement sans attentes, un frère ou une sœur qui a pu être blessant, l’environnement scolaire défavorable, etc… Tous ces éléments n’ont pas favorisé le bon développement de notre capacité à aimer l’autre sereinement.
Les blessures qui se sont installées en nous vont simplement nous couper de cette source d’amour inépuisable qui se trouve en chacun chacune (si si) pour quémander en retour d’être apaisé et rassuré, souvent sans même le réaliser. Plus la souffrance est profonde, plus le besoin d’être aimé sera grand et nécessaire pour espérer trouver la force qui mènera vers l’autonomie.

Plusieurs étapes

Au commencement, l’Homme… Enfin, quand vous venez au monde, vous arrivez totalement démuni et hyper-dépendant aux autres. Il est impensable pour un bébé d’apprendre à se débrouiller seul, l’apprentissage de la vie ne se faisant pas du jour au lendemain. Lors de cette première étape de l’existence nous ne sommes que « besoin d’être aimé », notre capacité à donner aura tout le temps de croître plus tard. L’histoire nous montre qu’un bébé ou un enfant comblé sur le plan matériel mais ne recevant pas ou peu d’affection et de tendresse, souffrira plus tard de ce manque d’amour. Cela pourra même interféré avec son développement.
Certains penseront en lisant ceci qu’un bébé ou un petit enfant est tout à fait capable de nous donner de l’amour par ses interactions, ses sourires, etc… C’est juste, ce n’est simplement pas son créneau, à ce moment-là, de donner cet amour « consciemment » et avec bienveillance.

Arrive ensuite les premiers signes de l’amour gratuit. Cela peut arriver plus tôt qu’on ne le pense, dès l’enfance et c’est tant mieux. La personne a atteint un certain degré de développement qui lui permet de ne plus seulement attendre de recevoir de l’amour, il peut à son tour aimer, et en ressens même le besoin. L’aspiration à aimer est bien présente et se manifeste de plusieurs manières, petit à petit elle se fait de plus en plus dense et solide. Le besoin d’être aimé ne disparaît pas pour autant, les deux cohabitent, aimer et être aimé. Cela se fait de manière plus ou moins douce, en fonction des blessures de la personne et de son chemin de guérison.

Plus on est avancé sur notre route et moins on ressent ce besoin d’être aimé absolument.

love

L’amour vrai

Félicitations ! Vos blessures du passé et vos manques ont été soignés et guéris pour la majorité (et oui c’est possible ça aussi), le besoin de recevoir (besoin naturel qui n’a pas vocation à s’éterniser toute la vie…) s’estompe, il ne reste que votre capacité et votre aspiration à aimer qui elle ne fait que grandir jour après jour.
Vous êtes autonome et capable d’aimer d’un amour profond, gratuit et sans attente sur l’autre. Vous ne faites pas pression sur la liberté de la personne qui est en face de vous, vous ne cherchez pas à la changer pour la faire correspondre à ce que vous pensez être juste pour elle. Bien au contraire, vous êtes capable de relever le meilleur en elle et de vous émerveiller devant cela, sincèrement et avec beaucoup de bienveillance.
Elle est là toute la différence avec la seconde étape, votre maturité affective est suffisamment grande pour vous passer de recevoir avant de donner. Même si le sentiment d’être aimé reste nourrissant, il n’est plus indispensable.

Les réactions disproportionnées, la violence, la peur, tout cela naît de nos manques et nos blessures au niveau sensible. Prenez un moment pour vous observez face à vos proches (famille, amis, collègues), je suis convaincu que chaque jour vous avez l’occasion d’avoir des attentions ou des pensées aimantes envers eux. Même si cela vous paraît insignifiant, ça ne l’est pas et ça commence ainsi.
Au tréfonds de nous, au-delà des tumultes de notre histoire, l’amour est roi et attend son heure pour dévoiler ses bienfaits et continuer de mener l’humanité vers… plus d’humanité !

Pour approfondir le sujet, un groupe d’accompagnement prévu sur plusieurs soirées se donnera à partir de janvier 2016 dans la région de Libramont. Le thème et le lien : “Aimer, être aimé, s’aimer“.

Vivien

Retour à la liste des articles

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter