L’empathie peut changer le monde

Ce sont ces quelques mots qui m’interpellaient chaque dimanche soir quand je prenais le tram pour rejoindre mon appartement d’étudiant situé à Strasbourg, il y a 10 ans de cela.
Bon, à l’époque je n’étais pas aussi proche du sujet qu’aujourd’hui, l’aide aux personnes ne faisait pas partie de mon quotidien même si l’écoute et la tolérance ont (presque) toujours jalonné ma vie.

chute

Je me surprend parfois à penser que l’empathie est une attitude tout à fait « normal » et évidente, et pourtant, bien des choses ne vont pas.
En effet, si c’était normal je ne serai pas occupé à écrire ces lignes, disons plutôt que ça m’est « naturel », comme pour des tas d’autres personnes, une faculté qui s’est développée au fil du temps et des expériences, qui s’est musclée !
En cette période de fêtes c’est plus important que jamais, être proche et ouvert, dans la joie et la simplicité, c’est en tout cas ce que je vous souhaite.

Être empathique, comprendre ce que l’autre ressent, se mettre à sa place, c’est la définition la plus commune, mais comment ça marche ? et surtout qu’est-ce qu’on y gagne ?
Mais si je n’ai jamais appris à écouter et que je ne suis pas d’accord avec l’autre ? voir que je ne le connais même pas, comment je fais ?

Je vais vous partager quelques observations sur le sujet, surtout sur les bienfaits que tout le monde retire en vivant cette attitude fondamentale.
De nature consensuel, écouter l’autre n’a jamais été compliqué, en revanche me laisser toucher pour le rejoindre au cœur de lui est plus subtil. Au départ un peu incertain, j’ai laissé les choses bouger en moi au fil des entretiens, des rencontres, des partages, pour ressentir de plus en plus ce qui habite mon interlocuteur, ses sensations, ses émotions.
Imaginez-vous un instant face à quelqu’un qui a besoin de se confier, il ne sera pas question de réagir au quart de tour et de lui dévoiler toute votre vérité sur son problème, mais bien de l’écouter sans attentes, sans jugements, sans forcer, sans l’interrompre, sans décoller de ses propos et sans prétendre pouvoir résoudre tout ses tracas. En fait, cela se résume à être dans l’accueil, lui permettre de se sentir le bienvenue comme il/elle est, comme il/elle vient.
Quand je lâche mes idées préconçues, mes croyances personnelles, ne reste que la place pour Mme Empathie et son florilège de bonnes idées pour me permettre de vivre mes relations plus en paix que jamais.

Les bénéfices pour moi :

En choisissant ce mouvement, je gagne à découvrir l’autre autrement, je quitte la couche superficielle de la relation pour plus d’intériorité et de vérité, je découvre quelqu’un d’authentique avec ses forces et ses vulnérabilités, quelqu’un comme moi, en chemin. Je peux même faire une rencontre à laquelle je ne m’attendais pas de prime abord, être touché et me sentir en lien avec l’autre, le rejoindre dans sa spécificité et qui sait, démarrer une complicité peut-être féconde pour nous ou pour l’humanité.

Les bénéfices pour l’autre :

Être accueilli de manière inconditionnel est fondamental pour grandir, pour avancer, pour guérir. Se sentir en confiance et soutenu est quelque chose de prodigieux et terriblement bienfaisant, bien plus qu’on ne pourrait l’imaginer, tout commence par là.
Vous me direz que tout commence par l’amour, et bien qu’est-ce qu’un accueil plein d’empathie s’il n’est pas fait d’amour et d’humilité ?
C’est l’occasion d’exister pleinement qui est donnée, de se réaliser, c’est vital pour chacun d’entre nous, constructeur quand on est enfant et stimulant au quotidien une fois adulte.

N’allez pas croire que tout ceci relève de l’exploit, je ne fais que décrire des situations ordinaires que l’on peut vivre au quotidien, dans un sens comme dans l’autre, encore et encore.

Aux personnes pour qui cette attitude est moins accessible, mon invitation pour plus d’empathie est de commencer par s’accueillir en prenant des moments pour soi, pour prendre soin de soi et se nourrir intérieurement. Faites des activités qui vous font du bien, physique ou non, on peut recevoir autant par l’écoute d’un disque qui va toucher notre sensibilité que par la douceur des paysages au détour d’un bois près de chez soi.
Accueillir quand nous n’avons jamais été accueilli peut être exigeant, apprendre à vivre cela envers soi-même est donc important, même si ça peut prendre du temps.
Une écoute active et silencieuse est aussi indispensable, ne montrez pas d’impatience ou de jugements personnels par des comportements non verbaux (lever les yeux au ciel, se lever pour chercher quelque chose, etc…), l’autre pourrait se sentir déstabilisé et sa confiance en serait altérée. Si vous sentez de l’impatience monter en vous, de la colère ou tout autres émotions, respirez un grand coup puis laissez passer ce nuage de pensées au-dessous de vous pour revenir vers l’autre ensuite.
Ces émotions qui vous submergent lors d’un temps d’écoute parlent de vous, de qui vous êtes, de vos besoins, de votre existence. L’autre réveille et bouscule tout un tas de choses qui sommeillent en nous, mais n’est pas responsable de cela, ne l’oubliez pas. Chacun sa part.
Parfois une personne a simplement besoin d’être écoutée, c’est tellement précieux dans ce cas d’être là, et de vivre pleinement cette empathie sans se mettre la moindre pression, pour finalement aider l’autre à se sentir le mieux possible.

Pour conclure, je dis « oui » à cette chère affiche, définitivement, et même un pas plus loin : l’empathie change le monde.

Belles fêtes de fin d’année à toutes et à tous 🙂

Vivien

Retour à la liste des articles

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter