Joie

Après un démarrage décalé, c’est avec beaucoup de joie que je vous retrouve pour cette nouvelle année. Je vous souhaite de tout mon cœur le meilleur pour vous et vos proches.
A y regarder de plus prêt, on pourrait avoir l’impression que 2015 s’est très mal terminée, et que 2016 ne commence pas sous les meilleurs hospices (voir l’actualité international). C’est le choix A.
Il y aussi le choix JOIE, bien plus efficace et bienfaisant que le choix A 🙂

joie2016

J’ai souvent vu passer sur les réseaux sociaux cette petite image, j’aime beaucoup le concept, cela me permet de rester dans une bonne attitude face aux difficultés de ce monde. C’est sans compter aussi sur ma compagne qui me vitalise énormément.

En parlant d’elle, je me remémore une exposition de photos que nous avons eu la chance de visiter le mois passé, dans le Nord du Luxembourg à Clervaux.
Il s’agit d’une exposition permanente depuis plus de 50 ans, et classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

The Family of Man

Initié par le portraitiste Luxembourgeois Edward Steichen pour le Musée d’art moderne de New-York, cette exposition a fait le tour du monde entre 1955 et 1964 avant de poser ses valises à Clervaux.
Au travers de 500 et quelques clichés en noir et blanc issus de 68 pays différents, le visiteur plonge dans la grande aventure humaine. La grande caravane humaine comme j’aime l’appeler.

De la simplicité du quotidien peut naître les plus grandes joies. Je ne me lasse pas de redécouvrir cela, d’autant plus par les temps qui courent.

Regards

Différentes étapes s’offrent à nous durant l’exposition, c’est un véritable enchaînement qui part de l’amour entre deux êtres à la naissance de l’enfant. En passant bien entendu par des cultures diverses et variées.
Ce n’est pas tant la richesse du patrimoine ici présent que la proximité et l’intensité des regards échangés avec ces personnes qui fait toute la force et la beauté de cette expo.
Revisiter l’enfance avec de la joie, de l’amour, de la tristesse, de la souffrance, tout ce qui fait ce monde et nous invite à grandir, à nous dépasser, à devenir ce que nous avons à être.
Beaucoup d’émotions nous ont traversés, jusqu’aux larmes parfois. Cette proximité entre les portraits et le visiteur ne laissera personne indifférent.

Témoignage

Véritable recueil vivant de l’humanité telle qu’elle était il y a soixante ans, the Family of Man relate aussi les tensions de l’époque entre les grandes puissances, inévitablement. Finalement, les choses n’ont pas beaucoup changé me direz-vous, à moins que… 😉
Se rappeler d’où l’on vient, pour éviter d’y retourner. Ce qu’on appelle le devoir de mémoire est important, et moteur pour cette JOIE 2016 !

Je souhaite plus que jamais voir les consciences s’éveillées, les peurs s’apaisées, et laisser la place à ce qui compte vraiment : prendre soin de la Vie qui nous est donnée, pour nous et autour de nous. C’est notre premier devoir en tant qu’humain responsable.
Sur ces quelques mots, je vous laisse avec une touche de magie du photographe W. Eugene Smith. Puisse-t-elle vous inspirer et vous toucher comme elle l’a fait pour nous.

Vivien

familyofman

Crédits photo : © 1946, 2003 – W. Eugene Smith – Magnum Photos

Retour à la liste des articles

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter