Un tout petit kiné ?

Que se passe-t-il dans la tête des gens lorsqu’ils entendent parler de microkiné pour la première fois ?
Je ne compte plus le nombre de visages ahuris lorsque je prononce le nom de cette discipline, encore plus quand j’entre dans les détails.
Autrefois probablement “brûlés pour sorcellerie”, ces guérisseurs des temps modernes offrent à notre corps, à nos maux visibles ou invisibles de gentillement s’évacuer, parfois en douceur, parfois avec plus de vigueur. Ma première expérience du genre remonte à plus de six ans et m’a depuis menée vers bien des chemins vertueux.

La microkinésithérapie est née dans les années 80 en France suite aux travaux de deux kinés décidés à aller plus loin dans la guérison des pathologies rencontrées auprès de leurs patients. Exit les étirements et les manipulations qui nous font craquer dans tous les sens, l’approche ici est palpatoire et donc beaucoup plus douce. Nul besoin de se déshabiller, on s’allonge simplement sur une table comme chez le médecin et c’est parti pour une demi-heure d’écoute et d’observation avec notre corps.

La méthode part du principe simple que ce dernier subit toutes sortes de traumatismes le long de notre vie, physiques ou psychologiques, et que certains d’entre eux laissent des traces plus ou moins profondes en nous. En résulte parfois : tensions, douleurs chroniques, angoisses, fatigue, troubles en tout genre, le domaine d’intervention est large et c’est tant mieux. Avec comme seul outil ses deux mains, le praticien part à la recherche de ces zones endomagées en manipulant notre système musculaire pour l’inviter à stimuler la guérison. Improbable vous dites ? ben, pas tant que ça…

mains

Je consulte généralement une fois par an pour faire un petit check-up, aujourd’hui je suis super enthousiaste mais la première fois je n’étais pas très à l’aise, le corps médical c’est pas mon truc.
Me voilà donc devant ce brave monsieur très à l’écoute, je lui partage mes états d’âme, ce qui m’habite sur le moment, la raison qui m’amène à lui et très vite on commence. Je retire mes chaussures et m’installe sur la table et à la seconde où il amorce son traîtement je sens monter en moi une profonde détente et une sensation de bien être. C’est dingue ce dont sont capables des mains bien entraînées à écouter, cela me touche d’autant plus que je m’éforce d’en faire autant avec les personnes que je masse, soulager, détendre, “réparer” l’autre.
La confiance qu’il m’inspirait a sans aucun doute participé au bon déroulement de la séance, et j’ai pu recevoir ses commentaires plus librement, car oui, non seulement il manipule mais il analyse et décode l’histoire de notre corps, de notre vie. Ma tête quand il a commencé à dater des événements importants de mon existence ou encore des détails sur mon entourage familiale. Pire encore quand, perplexe devant certains de ses propos j’en parle à un membre de ma famille pour découvrir ce à quoi il faisait référence, et dont je n’avais aucun souvenir.
Vous comprenez mieux maintenant mon allusion initiale à la “sorcellerie”, non vraiment, ces microkinés sont des magiciens du corps humain, je n’en démords pas.
En écrivant ces mots je réalise que cette peur du corps médical avec laquelle j’ai débarqué un beau matin à son cabinet s’est aujourd’hui largement estompée, y’aurait-il un lien avec ce cher magicien ? j’aime à penser que oui…
Une chose est certaine, les fois où j’ai consulté pour des blocages mécaniques suite à des chocs, il a très bien rétabli la situation.

Pour parler brièvement des conséquences physique d’une séance, on parle d’une possible fatigue pendant les deux à trois jours suivants. C’est vrai, je le constate, à chaque fois que j’en sors j’ai l’impression de n’avoir eu que quelques heures de sommeil la nuit d’avant, chez moi c’est flagrant. Il faut dire que notre corps est à l’ouvrage, le microkiné l’ayant invité à faire le grand ménage, il dépense beaucoup d’énergie pour éliminer tout ce dont il n’a plus besoin.
Une autre conséquence dont j’entends moins parler mais qui est réelle c’est le risque d’être “chamboulé” émotionnellement. Rassurez-vous c’est temporaire, deux ou trois jours maximum également, mais on ne sait jamais, mieux vaut être prévenu, et quoi qu’il arrive c’est toujours pour un mieux. Un peu d’audace pour un mieux être, la formule n’a pas changée.

L’apprentissage de cette pratique est destinée à des professionnelles de la santé, kinésithérapeute et médecin essentiellement, attendez-vous donc à être pris en charge par des gens sérieux avec une formation rigoureuse. Pour plus de renseignements vous pouvez vous rendre sur le site de la microkinésithérapie – Belgique, ou encore lire un article sur les avantages de la méthode contre le mal de tête rédigé par un spécialiste qui pratique à Bruxelles.

Alors ? déjà essayé ? tenté ? n’hésitez pas à partager votre expérience, par mail ou sur la page facebook.

Vivien

Retour à la liste des articles

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter